vendredi 1 janvier 2016

Galères de GROS


Quatorze situations pénibles de la vie d'un(e) obèse

En cadeau, un petit recueil des quelques affronts quotidiens subis par les « grosses » et les « gros ».


Quatorze situations de la vie pas courante d’un(e) obèse.


Dans l’ascenseur
- La plaque de sécurité annonce : « Charge maxi 10 personnes, 800 kgs ».
Un ascenseur limité à 10 nains personnes de petite taille ?
- A l’étage, l’alerte sonore de surpoids se déclenche.
Tous les regards se tournent vers le gros du fond, coupable présumé … et rarement vers celle ou celui qui vient de monter en dernier.

Dans le sas de sécurité de la banque
- L’écriteau précise : « Posez vos 2 pieds sur le tapis »
Et la voix off de l’alerte indique aussitôt : « Une seule personne est autorisée dans le sas »
Il faudra combien d’années pour laver cet affront ?

Dans la boutique de fringues
- La vendeuse : « Entrez Monsieur, j’ai votre taille … »
Pourquoi, je suis à poil là ? Impossible à habiller ailleurs, sûrement ...
- Qui a inventé ces minuscules cabines d’essayage ?
 Avec le rideau qui s’écarte à chaque soupir.
- Le vendeur : « Désolé, je n’ai pas plus grand … »
On peut essayer la housse ? Une bâche ?
- Rayon grande taille 1 : Les « grosses » ne portent que des robes à fleurs ?
C’est vrai, la grosse fleur çà mincit bien.
- Rayon grande taille 2 :  Les « gros » n’aiment que les vestes à gros carreaux ?
Les pôvres minces n’ont que des costards gris, noirs ou bleus unis à se mettre.
- Dans la cabine d’essayage, la vendeuse ouvrant le rideau sans prévenir : « Excusez-moi, je voudrais voir comment çà va … »
T’as raison, te gènes pas. Un gros n’est pas une personne, tu seras pas accusées de voyeurisme.

A la terrasse du café
Entendu régulièrement par l’obèse qui mange un sandwich à 15h00 (parce qu’il n’a pas eu le temps avant … même un gros çà bosse)
- Le passant à son voisin : «  Déjà qu’il est gros, il devrait moins bouffer »
Et toi, devenir moins con …